RESSOURCE À LA UNE

L'eau en Guadeloupe

En Guadeloupe, la disponibilité en eau détermine les principaux contrastes de son patrimoine naturel, et celle-ci est surtout conditionnée par la topographie.

Sa caractéristique hydrologique est en effet l’extrême variabilité de la ressource en eau dans l’espace et dans le temps : il peut tomber jusqu’à 10 mètres d’eau par an au sommet de la Soufrière, alors que, dans le même temps, la Désirade en reçoit à peine 1 et seule la Basse-Terre abrite, grâce à son relief montagneux et à son couvert forestier, des rivières pérennes (55 cours d’eau permanents), alors que les autres îles de l’archipel, particulièrement sèches, ne comptent pour l’essentiel, que des ravines, cours d’eau intermittents.

Les eaux superficielles sont captées dans de nombreux cours d’eau sur l’ensemble de la Basse-Terre pour y être distribuées. D’importants réseaux de transports et de distribution captent l’eau en Basse-Terre et l’amènent vers la Grande-Terre pour l’irrigation ou l’eau potable.

La gestion de l’eau et des milieux aquatiques en Guadeloupe est particulièrement délicate. Elle se pose à la fois en termes de préservation des milieux aquatiques, de pénurie (carême), de maîtrise de la distribution (taux de fuite très élevé) et de la qualité des eaux distribuées. Beaucoup d’infrastructures d’assainissement ne sont pas conformes à la réglementation. Les rejets domestiques provenant de ces installations sont à l’origine, avec les effluents industriels et agricoles, de pollutions des eaux tant de surface que souterraines.

Pour faire face aux menaces qui pèsent sur les milieux aquatiques, pour améliorer la qualité de l’eau et garantir sa distribution plus efficacement, les collectivités, les usagers, les organismes consulaires et l’Etat travaillent ensemble au sein du Comité de Bassin.

Tout savoir sur l'eau en Guadeloupe

Site internet de la DEAL Guadeloupe