Vos résultats


2.519 résultat(s) correspond(ent) à votre recherche.

VOS CRITÉRES

Mot(s)-clé(s) : recherches
 

S'abonner à la recherche : 
Le contexte de production des ovins laitiers en France : principaux objectifs de recherche-developpement et conditions de leur mise en oeuvre. - new window
  • description : 
    En France, l'élevage des ovins laitiers repose sur des productions typiques, agneaux de lait et fromages de brebis à AOC, permettant le maintien d'une population rurale et le développement industriel dans trois régions de montagne aussi différentes ... déplier
    En France, l'élevage des ovins laitiers repose sur des productions typiques, agneaux de lait et fromages de brebis à AOC, permettant le maintien d'une population rurale et le développement industriel dans trois régions de montagne aussi différentes que le sud du Massif Central (Rayon de Roquefort), les Pyrénées Atlantiques et la Corse. Dans les années 70, l'avenir de ces productions passait par une amélioration de la productivité des brebis, des troupeaux et du travail (particulièrement de la traite). Ces objectifs sont largement atteints : la taille moyenne des troupeaux a triplé entre 1970 et 1990, et la production laitière des brebis a doublé, avec l'émergence d'éleveurs spécialisés livrant leur lait, tandis que la tradition des fromages fermiers se perpétue dans certaines zones de production. L'impact de la génétique et de la physiologie animale a été déterminant dans cette évolution remarquable, dans trois domaines complémentaires : mécanisation de la traite, maîtrise de la reproduction, sélection des races locales dans leur bassin respectif. Ainsi en 1990, 75% du lait de brebis produit en France provient d'élevages en contrôle laitier, ce qui constitue un atout déterminant au plan international. Logiquement, de nouveaux objectifs de recherche-développement se font jour pour la décennie 90, dans un contexte où l'on verra se renforcer la relation entre terroirs de production, races locales, systèmes de production et fromages de brebis en AOC. Ces nouveaux objectifs et leurs conditions de mise en oeuvre sont décrits dans cet article. On peut noter en particulier la volonté des partenaires professionnels de renforcer l'interface entre la recherche et le développement avec l'officialisation du Comité National Brebis Laitières en 1991Replier
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Conservation et gestion de biens communs : comparaison de trois pratiques de recherche-action. in: La recherche-action - new window
  • description : 
    Trois opérations de recherche menées de façon indépendante ont été analysées a posteriori en considérant que, dans les trois cas, le problème traité était celui de la conservation et de la gestion d'une ressource: la gestion des races animales à ... déplier
    Trois opérations de recherche menées de façon indépendante ont été analysées a posteriori en considérant que, dans les trois cas, le problème traité était celui de la conservation et de la gestion d'une ressource: la gestion des races animales à faible effectif en Midi-Pyrénées, le potentiel agronomique des parcelles agricoles de la province subtropicale de Misiones en Argentine et l'évolution des paysages des coteaux de Gascogne en Haute-Garonne. L'approche utilisée nous a permis de comparer ces opérations de recherche, et d'en tirer des enseignements en termes de recherche-action. Les ressources en jeu, pour différentes qu'elles soient dans les trois cas, sont vues comme un "bien commun" par l'ensemble des partenaires de la recherche. Ces partenaires qui sont, au-delà du seul commanditaire initial, toutes les parties prenantes de l'utilisation de la ressource constituent, autour de ce bien commun, un système d'action concret dans lequel le chercheur a sa place. Différents types de logiques d'utilisation de la ressource sont mis en évidence ainsi qu'une différence essentielle entre les acteurs qui sépare des autres ceux qui entretiennent un rapport quotidien et étroit à la ressource. Ce diagnostic est indispensable au chercheur pour qu'il puisse se positionner par rapport à ses partenaires et contribuer à élaborer non pas une "solution" aux problèmes soulevés, mais un cadre de coopération efficace, capable d'aider à la conception et à la mise en oeuvre des alternatives de gestion/conservation.Replier
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Institutionalisation d'une recherche-action en santé animale : l'expérience du Centre d'Ecopathologie Animale. in: La recherche-action - new window
  • description : 
    Le Centre d'écopathologie animale est un organisme de recherche·développement, de statut privé, créé en 1984 à la suite d'une étude de faisabilité de deux ans, qui déploie son activité dans le domaine 4e la santé des ruminants domestiques. Partant ... déplier
    Le Centre d'écopathologie animale est un organisme de recherche·développement, de statut privé, créé en 1984 à la suite d'une étude de faisabilité de deux ans, qui déploie son activité dans le domaine 4e la santé des ruminants domestiques. Partant du point de vue que les maladies d'élevage doivent être étudiées en conditions réelles de production, et que l'écopathologie est une discipline qui permet d'en comprendre la complexité, l'étude de faisabilité a validé une démarche de recherche- action associée, basée sur le fonctionnement de groupes de travail pluridisciplinaires et pluriprofessionnels, impliquant pour chaque filière de production l'ensemble des acteurs (chercheurs, éleveurs, prescripteurs, etc.). Ces groupes déterminent les sujets d'enquête, élaborent" le dispositif de recherche permettant de mettre en évidence les facteurs de risque des maladies, participent à la réalisation des enquêtes puis à l'interprétation des résultats, orientent la définition des programmes de transfert de savoirs et savoir-faire de ces résultats. La création du Centre d'écopathologie animale a institutionnalisé la démarche de recherche-action proposée, en reprenant l'appareillage méthodologique et organisationnel expérimenté, pérennisant ainsi cette approche et permettant en dix ans la réalisation de quinze enquêtes d'écopathologie et de sept programmes de transfert.Replier
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Construction d'une problématique commune à trois opérations de recherche participative en élevage et aménagement rural. in: La recherche-action  - new window
  • description : 
    Nous proposons d'analyser les contraintes de la recherche-participative (RP), qui privilégie la coopération entre chercheurs et acteurs du développement dans l'élaboration et l'évolution de la problématique de recherche. L'analyse porte sur trois ... déplier
    Nous proposons d'analyser les contraintes de la recherche-participative (RP), qui privilégie la coopération entre chercheurs et acteurs du développement dans l'élaboration et l'évolution de la problématique de recherche. L'analyse porte sur trois programmes de RP dans le domaine de l'élevage et de l'aménagement rural sur des périodes allant de 6 à 30 ans. Les questions que nous soulevons a posteriori sur le déroulement de ces recherches concernent 4 points principaux: 1) l'ajustement des représentations que se font les participants de la question posée. Cela nécessite de se donner le temps et les moyens de rendre lisible la construction de l'argumentation de chacun. Nous proposons pour ce faire d'utiliser des représentations graphiques comme supports concrets d'aide au dialogue. 2) La distanciation qui est observée entre le groupe et les institutions de rattachement de ses participants, suite aux évolutions successives des points de vue développés par le groupe. 3) La nécessité de concevoir des dispositifs permettant de prendre en compte et de traiter en temps réel les problèmes évoqués ci-dessus. 4) Enfin, le rôle du chercheur dans le processus. Nous nous interrogeons sur les moyens que le chercheur a de rester clairvoyant sur la portée stratégique des activités de type "coopératif" (au sens donné par J. Habermas).Replier
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Innover avec les acteurs du monde rural : la recherche-action en partenariat. - new window
  • description : 
    La recherche-action en partenariat combine production de connaissances, transformation des réalités sociales et renforcement des compétences individuelles et collectives. L'ouvrage donne les fondements de la recherche-action en partenariat en ... déplier
    La recherche-action en partenariat combine production de connaissances, transformation des réalités sociales et renforcement des compétences individuelles et collectives. L'ouvrage donne les fondements de la recherche-action en partenariat en agriculture et des éléments pour mettre en pratique une telle démarche. Il souligne non seulement les questions théoriques mais aussi les questions pratiques que soulève ce triple objectif. L'ouvrage s'appuie sur un large éventail d'expériences dans l'agriculture des pays du Sud, qui illustrent comment des praticiens ont répondu aux défis d'une démarche qui est toujours à réinventer selon les contextes. Il est destiné aux chercheurs, aux techniciens du développement rural et aux représentants d'organisations du monde rural confrontés à la résolution des problèmes complexes que pose le développement rural dans les agricultures des pays du Sud.Replier
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Vingt ans de recherche-développement sur le travail en élevage : acquis et perspectives. - new window
  • description : 
    Les mutations du travail en élevage sont structurelles car les tailles des exploitations augmentent continuellement. Elles sont aussi sociologiques car les éleveurs souhaitent de meilleures conditions de vie au travail. Elles sont également liées ... déplier
    Les mutations du travail en élevage sont structurelles car les tailles des exploitations augmentent continuellement. Elles sont aussi sociologiques car les éleveurs souhaitent de meilleures conditions de vie au travail. Elles sont également liées aux innovations technologiques visant une plus grande efficience des pratiques. Les éleveurs intègrent l'ensemble de ces mutations en adaptant les conduites des troupeaux et des surfaces ainsi que les autres éléments de l'organisation du travail (la main-d'oeuvre, les équipements). Pour décrire et qualifier les formes d'organisation du travail en élevage, évaluer leur efficience et leur flexibilité, les zootechniciens des systèmes d'élevage ont proposé, avec des emprunts à l'économie, à l'ergonomie et à l'agronomie, des modèles qui considèrent que ni les travaux, ni les travailleurs, ni les périodes de l'année ne sont équivalents. Ils visent à mettre en relation les différentes facettes de l'agriculteur, à la fois manager technico-économique, organisateur du travail et travailleur sensible. Ces propositions reprises par les conseillers en France et à l'étranger contribuent à la constitution d'une communauté de recherche, formation et développement autour de ce thème stratégique pour l'avenir de l'élevage.Replier
  • Date de publication :  01/01/2012
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Rôle des dispositifs et des événements dans la Recherche-Action en partenariat : le cas du Cameroun. in: Actes des 4èmes journées INRA-SFER-CIRAD de recherches en sciences sociales - new window
  • description : 
    La recherche agronomique s'interroge de plus en plus sur la façon de développer de nouvelles propositions techniques et organisationnelles dans le but d'améliorer la production et le niveau de vie des populations. La Recherche-Action en Partenariat ... déplier
    La recherche agronomique s'interroge de plus en plus sur la façon de développer de nouvelles propositions techniques et organisationnelles dans le but d'améliorer la production et le niveau de vie des populations. La Recherche-Action en Partenariat (RAP) est une démarche de recherche qui associe les acteurs locaux (ONG, groupes de producteurs, chercheurs, étudiants etc.) à la construction d'innovations. Elle a comme objectif dual : la production de connaissances génériques et la résolution des problèmes des acteurs (Liu, 1997). Cette démarche nécessite donc une co-construction entre tous les acteurs capables de produire des pratiques et des savoirs scientifiques actionnables impliqués dans une situation de changement. Pratiquée de façon informelle et instinctive depuis les années 1970 par quelques chercheurs de la Recherche pour le Développement (Chia, 1992 ; Dulcire, 1996 ; Doray et al., 2002), cette démarche se formalise dans les années 1990 pour une meilleure reconnaissance institutionnelle et efficacité dans la production de savoirs et de techniques. Face au caractère imprévisible des stratégies des acteurs participant à cette démarche, et à la nécessité d'atteindre les objectifs de la RAP, les chercheurs mettent en place des dispositifs techniques et organisationnels plus ou moins formalisés et adaptés à la situation locale rencontrée (Chia, 2004 ; Chia et al., 2008 ; Faure et al., 2009 ; Vall et Bayala, 2010). Ces dispositifs (formels) sont conçus pour créer de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques, mais aussi pour faire face à des événements (informels) qui peuvent être perçus comme un frein au bon déroulement de la démarche de recherche (Soulard et al., 2007). En s'appuyant sur une étude de cas qui s'est déroulée au Cameroun entre 2005 et 2008, l'objectif est d'appréhender le rôle des dispositifs et des événements ainsi que les causalités et les modalités de leurs émergences réciproques, leurs conséquences sur la production des savoirs et la modification des pratiques propres à une situation structurée. La démarche retenue vise à rendre compte de la place qu'occupe le formel (dispositifs) et l'informel (événements) dans la création de nouveaux savoirs et comment ils favorisent l'autonomie des acteurs locaux. L'un des résultats majeur de cette démarche est de fournir aux acteurs locaux des clés telles que : des nouveaux savoirs, l'ouverture, l'autonomie ou bien la confiance pour développer leur activité, et de fait, leur territoire.Replier
  • Date de publication :  01/01/2010
  • Source :  Institut national de la recherche agronomique (Inra)
 
Politiques de transport, prospective et outils d'aide à la décision - new window
  • description : 
    Dans le cadre du Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres, un groupe de recherche a été spécifiquement consacré aux " Politiques de transport ", dont le secrétariat a été assuré conjointement par l'ADEME et le Ministère ... déplier
    Dans le cadre du Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres, un groupe de recherche a été spécifiquement consacré aux " Politiques de transport ", dont le secrétariat a été assuré conjointement par l'ADEME et le Ministère chargé des transports. Au titre de l'éclairage des politiques publiques, ce groupe s'est vu confier la charge de développer les recherches sur la prospective et sur la socio-économie de l'innovation. Une de ses originalités a été, en outre, de financer des " recherche-actions " avec les collectivités locales. Globalement, ce sont une soixantaine de travaux, dont environ la moitié est aujourd'hui terminée, qui ont été soutenus depuis 2003. Le présent document en fait une présentation succincte. Il reprend de manière synthétique les résumés des recherches, leurs objectifs, la méthodologie employée, ainsi que quelques résultats majeurs. Il donne aussi les références nécessaires pour obtenir les rapports finaux actuellement disponibles.Replier
  • Date de publication :  13/05/2009
 
Analyse des pêches et modes de régulation - Rapport sur la journée d'échange Recherche-Administration-Profession - new window
  • description : 
    Depuis la dernière journée RECHERCHE-ADMINISTRATIONPROFESSION consacrée aux " licences ", trois ans se sont écoulés, au cours desquels sont apparus de nouveaux impératifs et de nouvelles contraintes tant économiques que politiques, parmi lesquelles ... déplier
    Depuis la dernière journée RECHERCHE-ADMINISTRATIONPROFESSION consacrée aux " licences ", trois ans se sont écoulés, au cours desquels sont apparus de nouveaux impératifs et de nouvelles contraintes tant économiques que politiques, parmi lesquelles de nombreux systèmes de régulation visant à limiter directement ou indirectement l'effort de pêche. Certains systèmes de gestion des pêcheries, aujourd'hui assez largement éprouvés, avaient été abordés et analysés lors de la première rencontre de ce type, et la mise en commun des idées par les différents acteurs de l'interprofession avait permis, sinon de mieux accepter, à tout le moins, de mieux appréhender les grands principes qui avaient présidé aux prises de décision nationales. Depuis lors, d'autres techniques d'encadrement des pêches ont pu être imaginées dans de nombreux pays, pour répondre de façon quasiment universelle à des préoccupations d'ordre conjoncturel et immédiat, voire politique, mais elles s'avèrent bien souvent inadaptées aux réalités de gestion des entreprises de pêche, du fait en partie de leur caractère centralisateur, collectif, et non suffisamment mûri. Bon nombre de ces nouveaux outils de gestion se sont avérés ou s'avèrent, par ailleurs, entraîner des effets pervers difficilement gérables au sein de la profession. Ce sont toutes ces questions s'inscrivant dans le nouvel environnement, ô combien difficile, des pêches françaises, qu'il convient une fois de plus d'aborder au fond, grâce à la dynamique d'un dialogue ouvert et constructif à l'image de ceux qui avaient existé lors des rencontres précédentes. C'est dans cet esprit que les professionnels de l'UAPF et les chercheurs d'IFREMER ont décidé d'organiser une nouvelle journée d'échanges en présence des principaux responsables de l'Administration des pêches, destinée non seulement à analyser, comprendre et débattre, mais également à constituer une véritable force de propositions ou contre-propositions, en particulier face à l'imminence de certaines politiques communautaires, qui pourraient s'avérer dangereuses pour la survie de notre secteur des pêches françaises et des entreprises qui le composent.Replier
  • Date de publication :  01/11/1990
  • Producteur :  Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer)
 
Bilan des forces de travail utilisées dans les petites et moyennes exploitations agricoles martiniquaises. Propositions d'orientation de la recherche-développement en mécanisation agricole - new window
  • description : 
    Cette étude a pour objet l'établissement d'un bilan de la mécanisation des petites et moyennes exploitations agricoles de la Martinique. Après avoir étudié l'offre en tracteurs et équipements agricoles, une analyse des besoins a été réalisée par ... déplier
    Cette étude a pour objet l'établissement d'un bilan de la mécanisation des petites et moyennes exploitations agricoles de la Martinique. Après avoir étudié l'offre en tracteurs et équipements agricoles, une analyse des besoins a été réalisée par enquête auprès de 42 exploitants. On observe un déficit important en matière d'équipements et d'investissements avec parallèlement un accès réduit à la main d'oeuvre qualifiée ou non. Des propositions d'actions de recherche-développement en mécanisation sont faites afin de remédier aux insuffisances de l'environnement technique actuel.Replier
  • Date de publication :  01/11/1990
  • Producteur :  Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea)