RESSOURCE À LA UNE

Particules diesel et pollution atmosphérique

Le Département Cancer Environnement du Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard publie une fiche d'information thématique consacrée à la pollution atmosphérique liée aux particules diesel et à ses effets sur la santé de l'homme.
 
Elle s'articule autour de quatre parties :
 
 
Les particules provenant de moteurs diesel sont complexes avec une taille et une composition chimique variable. Les gaz d’échappement des moteurs diesel se composent de monoxyde de carbone, d’oxyde d’azote et de composés organiques volatiles. En France, les particules diesel peuvent représenter jusqu’à 87% des émissions de particules liées au trafic routier. Les véhicules particuliers avec une motorisation au diesel sont ceux qui émettent le plus de particules primaires de PM10 du parc roulant urbain français en 2010. 
 
La population générale est essentiellement exposée aux particules diesel par voie respiratoire. Les études montrent une relation de cause à effet entre une exposition à la pollution issue du trafic et différents effets sanitaires : mortalité, développement et aggravation de pathologies cardio-vasculaires et respiratoires. Les travailleurs sont également exposés aux particules diesel en fonction de leur activité (espaces confinés, entretien ou contrôle technique des véhicules à moteur, conducteurs d’engins, etc.). L’exposition aux gaz d’échappement diesel a reculé légèrement entre 2003 et 2010 mais touche néanmoins près de 800.000 salariés en France. 
 
La toxicité des émissions des moteurs diesel est liée à leur phase particulaire et gazeuse. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les gaz d’échappement des moteurs diesel comme cancérogènes avérés pour l’homme (Groupe 1), et les gaz d’échappement de moteurs essence comme cancérogènes possibles pour l’homme (Groupe 2B). 
 
La réglementation stipule, concernant l’exposition professionnelle, que la ventilation des locaux exposant à ces émissions doit être conforme aux règles du Code du travail. Par ailleurs, il n’existe pas de valeur limite d’exposition réglementaire pour les particules diesel, mais une valeur toxicologique de référence (5 μg/m3). Cette valeur porte sur les effets non cancérogènes chroniques. Les particules diesel sont, de par leur appartenance à la catégorie des PM, règlementées par des valeurs limites réglementaires selon la directive européenne 2008/50/CE transcrites dans le droit français.
 
En savoir plus :
 
Département Cancer Environnement, 2017